Restauration de la continuité écologique

La continuité écologique, un terme récent pour une notion ancienne

La notion de continuité écologique induit une libre circulation de la faune aquatique en tout temps et offrant accès aux zones indispensables à la croissance, l’alimentation et la reproduction. Ce principe prend également en compte le bon déroulement du transport sédimentaire.

Cette notion n’est introduite que récemment par le législateur en 2006 faisant suite à la Directive Cadre sur l’Eau et mise en avant par les lois « Grenelles » en 2009. Mais ce principe est bien plus ancien. En effet la question de la libre-circulation des poissons est formulée au sein d’une loi sur la pêche dès 1865. Celle-ci va imposer des passes à poissons afin de franchir les barrages fraîchement construits. Puis elle sera reformulée en 1919 dans le cadre d’une loi sur les rivières réservées. Ces deux lois seront modifiées dans les années 80, protégeant alors certains cours d’eau à l’aide de 2 types de classement :

  • Le premier interdisant la création de nouvelle centrale hydroélectrique.
  • Le second exigeant que le passage des poissons soit rendu possible.

Figure 1 – Transit sédimentaire et libre-circulation des organismes © Agence française pour la biodiversité d’après OIEau, 2019

Aujourd’hui, suite à l’adaptation de la réglementation française par la loi sur l’eau et les milieux aquatiques (LEMA) de 2006, on retrouve toujours un système de classement sur les rivières démontrant un enjeu de continuité écologique :

  • Les rivières de liste 1 : « la création de tout nouvel obstacle est interdite et le maintien des ouvrages existants ne doit pas dégrader la qualité de la rivière. »
  • Les rivières de liste 2 : « la création et le maintien des ouvrages est possible, mais doit permettre le passage des poissons et des sédiments. »

Lien sur la référence réglementaire : Liste 1 et 2 de l’article L214-17

Puis en 2009, un plan national d’actions pour la restauration de la continuité écologique des cours d’eau est lancé, avec comme objectif la mise en conformité avec la réglementation des ouvrages présents sur tous les cours d’eau de liste 1 et 2.

Les obstacles à la continuité écologique sont définis par différents qualitatifs :

  • Les ouvrages transversaux sont comme leur nom l’indique des obstacles au travers du cours d’eau. On y retrouve des ouvrages de tailles variables sur des cours d’eau eux aussi de tailles variables. Barrages, seuils, écluses, radiers de pont, buses perchées ou trop longues sont des obstacles transversaux à la continuité écologique. En 2018, plus de 100 000 obstacles à l’écoulement ont été référencés et cela ne cesse d’augmenter (60 000 obstacles en 2010), soit 24.6 obstacles à l’écoulements pour 100 km de cours d’eau en 2019. Ces obstacles sont présents et cartographiés dans le Référentiel des Obstacles à l’Ecoulement (appelé ROE). Ce référentiel est alimenté par les différents acteurs du territoire liés à l’eau.
  • Les ouvrages latéraux comme les digues, levées ou autres protections de berges sont également de potentiels obstacles à la continuité écologique. Même s’ils n’interrompent pas l’écoulement de l’eau, ces derniers empêchent ou limitent les débordements ; isolant ainsi les parties du lit majeur et les milieux annexes des cours d’eau, rompant ainsi la continuité, vitale pour certaines espèces, entre ces milieux.

Pour rappel : la fragmentation des milieux engendre la disparition d’espèces.

Figure 2 – L’impact des obstacles à l’écoulement sur les poissons migrateurs © Agence française pour la biodiversité d’après OIEau, 2019

La continuité écologique sur le territoire du SMDMCA

Les rivières du territoire du Syndicat sont riches en biodiversité, et notamment fréquentées par plusieurs espèces migratrices : Saumon atlantique, Truite de mer, Lamproie marine, Anguille

Le bassin de la Dordogne, de l’aval du barrage du Sablier à Carennac, est une zone importante pour la reproduction de grands salmonidés. Une étude sur le suivi de la reproduction naturelle des grands salmonidés migrateurs sur ce bassin est effectuée par ECOGEA pour MIGADO de 2000 à 2020). http://www.migado.fr/suivi-de-la-reproduction-naturelle-des-grands-salmonides-migrateurs-sur-le-bassin-de-la-dordogne-en-aval-du-barrage-du-sablier-46-19-automne-hiver-2020-2021/

La reproduction est concentrée sur plusieurs rivières : en 2020, la Maronne accueille 49,3% des frayères de grands salmonidés du bassin, suivi de la Dordogne à 36,8%, puis vient la Souvigne, la Cère et la Bave (dont le Mamoul) qui en concentrent 9,6%.

Donc 95,7% des frayères des grands salmonidés du bassin de la Dordogne se trouvent sur les différentes rivières du SMDMCA. D’où un intérêt fort du territoire pour la restauration de la continuité écologique.

Ces mêmes rivières se retrouvent classées en liste 1 et en liste 2 de l’article L214-17 évoqué plus haut.

Le SMDMCA œuvre depuis plusieurs années à la restauration écologique des cours d’eau sur son territoire. En effet sur la période 2013-2018, le syndicat a mené une opération groupée de restauration de 15 ouvrages sur les bassins du Mamoul, de la Bave et de la Cère permettant la réouverture d’un linéaire total de 63 km !

Pour permettre la restauration de la continuité écologique d’un cours d’eau, il existe divers types de travaux. C’est ce que l’on peut observer sur les différentes actions menées lors de l’opération groupée :

L’effacement de l’obstacle à la continuité 

Seuls 3 ouvrages sur 15 ont fait l’objet d’un effacement lors de cette opération.

Travaux de restauration ayant eu lieu sur le seuil de Soulhol au niveau du camping municipal de Saint-Céré sur la Bave. Ce seuil occasionnait une retenue sur près de 300 mètres de long et empêchait bien évidemment la libre circulation de la faune aquatique.

L’équipement de l’obstacle à la continuité

Afin de restaurer la continuité écologique, il est possible d’équiper de différentes manières les obstacles problématiques. Ces différents procédés diffèrent selon la situation de ces derniers. Les ouvrages de l’opération groupée présentent 4 types d’équipements différents :

Installation d’une rampe rustique 

Rampe rustique du seuil de la Ségarie sur la Bave à Saint-Céré permettant le franchissement du seuil.

Amélioration d’une passe à poissons

Le seuil du moulin du Barroi à Gagnac-sur-Cère sur le Négreval a été équipé d’une passe à poisson dans les années 90. Cette dernière est jugée, en 2017, par l’AFB, non optimale. Suite à cette expertise des travaux d’amélioration ont donc été réalisé.

Mise en place de prébarrages

Le seuil de Tourte situé juste à la confluence du ruisseau d’Orgues avec la Cère, a bénéficié de la mise en place de pré-barrages. Cette solution a permis de rehausser la lame d’eau et a ainsi rendu le passage de la faune aquatique possible.

Création d’une rivière de contournement

lci on peut voir le seuil du Moulin d’Esclat à Saint-Laurent-Les-Tours. Celui-ci faisant obstacle à la continuité écologique, une rivière de contournement a été créée afin de permettre le passage de la faune aquatique.

Les partenaires techniques et financiers

Les partenaires financiers tels que L’Agence de l’Eau Adour Garonne (AEAG), EDF, le département du Lot, la Région Occitanie, la Fédération de pêche du Lot ont rendu possible la réalisation de l’opération groupée sur la Bave, le Mamoul, la Cère et la Sourdoire. Cette opération n’aurait également pas pu aboutir sans un partenariat étroit entre les propriétaires publics ou privés des ouvrages, le Syndicat, la DDT 46 et l’OFB sur le volet technique et réglementaire.

L’ensemble des partenaires techniques et financiers sont à nouveaux mobilisés sur les futurs projets de restauration de continuité écologique, essentiels à leur aboutissement.

Programme OPEN RIVER

En fin d’année 2021 le SMDMCA a prit connaissance d’un appel à candidature pour un programme dénommé OPEN RIVER, créé par la fondation ARCADIA au printemps 2021. Cette fondation possède des fonds philanthropiques dédiés à l’effacement de petits ouvrages (chute inférieure à 2m) sur des cours d’eau remarquables sous une durée limité (études ou travaux réalisés sur une année).

Ce programme finance alors des études, travaux et communications œuvrant à la restauration de la continuité écologique à hauteur de 100%.

Le Syndicat possédant sur son territoire ce type d’ouvrage bloquant et ceux sur des rivières d’intérêt majeur a répondu à cet appel à projet en décembre 2021, inscrivant alors 2 sites :

  • Seuil du Moulin Bas : Il s’agit ici d’un ouvrage bloquant équipé d’une passe à poisson peu fonctionnelle. Ce dernier se situe en Corrèze sur la rivière Souvigne. Ce cours d’eau accueille une population importante de poissons migrateurs et notamment de grands salmonidés venus se reproduire. 8% des frayères de grands salmonidés présentent dans le bassin de la Dordogne proviennent de ce cours d’eau.
  • Seuil Pont de Rhodes : C’est un ouvrage bloquant situé dans le Cantal sur le ruisseau de la Ressègue. Ce cours d’eau est riche en population de moule perlière classé par l’UICN comme en danger critique d’extinction.

Les deux seuils n’ont plus d’usage aujourd’hui, ne possèdent pas de droit d’eau et étaient soumis à une mise en conformité imposée par l’État. Nous avons évidemment candidaté après accord des propriétaires.

La candidature est accompagnée par SOS Loire Vivante – ERN France interlocuteur entre OPEN RIVER, le SMDMCA et toutes autres structures françaises participant au projet.

Courant mars 2022 OPEN RIVER nous informe que les deux sites sont présélectionnés et demande plus de précisions, ceux à quoi le Syndicat répondra.

Ainsi le 08 juin 2022 le SMDMCA est informé que les deux projets sont retenus pour les phases études et donc financés à 100% par la fondation. Le début de la phase étude est donc programmé pour l’été 2022.

Suivi de la Fédération Départementale de Pêche du Lot

A partir de 2013, un suivi scientifique réalisé par la fédération de pêche du Lot a été couplé à l’opération groupée sur la Bave, le Mamoul et la Cère. Il consiste à :

  • Un suivi des paramètres environnementaux (température sur la Bave et le Mamoul et hydrologie à la station hydrométrique de la Bave) utiles à l’identification des conditions propices aux espèces piscicoles ciblées.
  • Des inventaires piscicoles via des pêches électriques à l’amont et à l’aval des ouvrages depuis 2013 jusqu’à 2016. Puis un suivi à partir de 2017 en partenariat avec l’association MIGADO. Ces inventaires ont été accompagnés de marquage sur certaines espèces (Truite Fario et Anguille) à l’aide de pits-tags.
  • Un suivi de la reproduction de la Truite Fario depuis 2019 sur huit tronçons de la Bave et du Mamoul dans le but d’inventorier les frayères de salmonidés.

Résultats connus du suivi :

  • Pour la première fois depuis 2013, sur la commune de Cornac, les suivis ont révélé la présence de jeunes saumons au stade de tacons sur le Mamoul.
  • Des petites anguilles sur la Bave font preuves de migrations et de reproductions récentes.
  • Il a été observé une recolonisation de l’Ombre Commun sur la Bave.
  • Les techniques de capture – marquage – recapture ont révélé un déplacement des truites sur les axes.